Pour les amoureux des petits félins, l’arrivée d’un enfant à la maison est souvent une source de questionnement et d’inquiétude. Et une fois surmontées les angoisses relatives au déroulement de la grossesse en présence de chats, notamment la peur de la toxoplasmose (une maladie qui peut être dangereuse pour la femme enceinte et surtout pour le fœtus), d’autres interrogations demeurent. Est-il vraiment sûr d’élever un enfant en bas âge dans une maison qui accueille un ou plusieurs chats ?

Les chats sont en effet des animaux souvent connus pour avoir un fort caractère. On les dit facilement jaloux, impulsifs et si leurs petits coups de griffes ou mordillages sont le plus souvent sans aucun danger pour un adulte, il est tout à fait légitime de craindre ce genre de comportement lorsque celui-ci est dirigé vers un enfant. Aussi, on peut se demander si le fait d’avoir un chat à l’intérieur de sa maison ne pose pas un problème de l’ordre de l’hygiène qui pourrait mettre en péril la santé de l’enfant.

Face à ces angoisses tout à fait légitimes, que tout bon parent peut être mené à ressentir, il convient d’apporter un peu de lumière. Tout d’abord, qu’on se rassure : il est tout à fait possible de faire cohabiter un enfant et un chat dans des conditions saines et sûres. Mais comment ? C’est ce que nous allons essayer de voir ici.

Litière auto nettoyante, brossage et antiparasitaire : l’importance de l’hygiène

chat qui fait sa toilette

Une des peurs les plus répandues parmi les jeunes parents qui possèdent un chat ou qui souhaitent en adopter un, c’est la question de l’hygiène. Est-ce vraiment une bonne idée d’élever un animal en intérieur quand on a à la maison un enfant en bas âge qui se déplace à quatre pattes, au ras du sol, met tout ce qui lui passe sous la main dans sa bouche et n’a en règle générale aucune notion d’hygiène ? Interrogation tout à fait légitime, mais il semblerait bien que sur ce sujet, la balle soit dans le camp des parents.

Commençons par le pire. Pour éviter que son enfant ne puisse être en contact avec les matières fécales ou l’urine de chat, on peut opter pour une litière auto nettoyante. Ces litières électriques, que l’on peut notamment retrouver sur le site chatsmoureux.fr, permettent de trier et d’isoler automatiquement les éléments sales présents dans la litière du chat et de les confiner dans un compartiment fermé. Avec un tel système, l’enfant ne risque pas de toucher ces éléments souillés et dangereux pour sa santé. De plus, cela libère les jeunes parents de la corvée de nettoyage de la litière. Pratique, ultra-hygiénique : le « must have ».

Outre cette question, il faut bien reconnaitre que le chat est un animal plutôt propre. Il est d’ailleurs réputé pour la grande importance qu’il attache à son hygiène personnelle mais aussi à la propreté de tout ce qu’il côtoie. De fait, un chat passe en général une grande partie de son temps à faire sa toilette, et préférera souvent se priver de repas plutôt que d’ingérer une nourriture qu’il ne juge pas impeccable. La question de l’hygiène n’est donc pas vraiment un problème dans la perspective de faire cohabiter un chat et un enfant. Il suffira de faire attention à ce que l’animal soit régulièrement brossé afin de limiter sa perte de poils et bien traité contre les puces et les autres parasites. Enfin, il est bien sûr crucial d’entretenir sa maison ou son appartement (et ce même lorsqu’on n’a pas de chat !).

Tempérament de l’animal et réflexes éducatifs

Dans le fond, le plus important quand on veut qu’une cohabitation se passe bien, c’est de savoir prendre en considération les personnalités et tempéraments de chacun. Les chats aussi ont leurs caractères. Ces caractères peuvent être très différents d’un individu à l’autre et le sont en général de façon plus ou moins marqué d’une race à l’autre. Ainsi, il existe des races plus ou moins compatibles à la cohabitation avec un ou des enfants. Certains chats pourront ainsi être clairement déconseillés. A titre d’exemple, citons le Siamois, qui, à cause de l’attachement très fort à son maitre peut parfois se montrer jaloux envers les enfants. Mais on pourrait également évoquer le Persan, qui, bien que très pacifique, aime trop le calme et la tranquillité pour pouvoir facilement s’épanouir auprès d’enfants. Bien sûr, il existe des exceptions !

Un dernier point crucial qui ne faut surtout pas négliger quand on souhaite faire cohabiter un chat et un enfant, c’est de garder en tête le rôle d’arbitre que l’on doit endosser dans cette situation. De la première confrontation jusqu’au moment ou l’enfant sera assez grand pour savoir ce qu’il peut faire ou ne pas faire, il incombera aux parents de surveiller et d’accompagner la relation qui va s’installer entre l’enfant et l’animal. Pour respecter l’animal et surtout pour protéger son enfant, il faudra se montrer ferme envers l’un comme envers l’autre.

Ainsi, comme on fait très vite comprendre à son enfant qu’il ne faut pas approcher les doigts des prises électriques, on doit impérativement l’empêcher de marcher sur le chat, de lui tirer les oreilles ou la queue. Si la surveillance d’un enfant est toujours importante, elle l’est d’autant plus lorsqu’il y a un animal dans les parages. Aussi, il convient d’être attentif au besoin de tranquillité du chat. Il arrive souvent que ces animaux n’aient pas envie d’être chahuté et il faut respecter cela afin de ne pas stresser l’animal et aussi de ne pas faire prendre de risque à l’enfant. Apprendre à son enfant à respecter le besoin de solitude du chat est donc particulièrement important pour une cohabitation réussie.

Chat et enfant : une formule qui fonctionne !

En conclusion, on peut dire que la cohabitation entre chat et enfant est bien loin d’être une entreprise impossible à mettre en œuvre. Avec quelques règles d’hygiène strictes, de compréhension du tempérament de chacun et quelques reflexes éducatifs, on peut très bien contribuer à faire naitre une merveilleuse relation entre son chat et son enfant, et le tout en toute sécurité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *