Quelle femme n’a pas un jour emprunté la nouvelle robe de sa sœur ou le pull fétiche de sa mère ? La réponse : personne ! Même avec un dressing qui déborde, l’impression de n’avoir rien à se mettre persiste… alors on emprunte avec plaisir de nouvelles pièces, qui ne sont pas forcément les nôtres.

Le problème du partage de vêtements en famille, c’est qu’il y a très souvent une personne à qui on emprunte des habits mais qui n’a pas donné son accord au préalable. Aussi, on retrouve un problème de taille : toutes les femmes d’une même famille n’ont pas les mêmes mensurations, ce qui réduit fort logiquement la possibilité d’échange et de partage. Il vous faudra donc trouver une copine qui a les mêmes mensurations que vous. D’ailleurs, n’hésitez pas à consulter cet article pour savoir comment s’habiller quand on est petite et mince : vous y trouverez plein de conseils et astuces hyper pratiques !

Des marques avaient bien cerné cette pratique : le Comptoir des Cotonniers, par exemple, a communiqué autour de looks mère/fille au sein de publicités. Aujourd’hui, la pratique va encore plus loin : plutôt que de se restreindre au cercle familial, le partage se fait aussi entre copines et davantage sur des pièces intemporelles et de qualité.

Codressing : la tendance est au partage

Tenue posée sur un lit

Coworking, covoiturage, partage d’outils ou de voitures… La tendance du partage se propage dans tous les domaines : plutôt que de posséder, on emprunte, on loue, on échange.

En effet, on est parfois tenté de s’acheter une pièce mais lorsqu’on n’est pas sûr de la porter plus d’une fois, le coût pour une seule « utilisation » représente un frein. C’est là que le codressing entre en scène ! Le principe ? Partager un dressing à plusieurs (2 ou 3 personnes en général). Dans ce dressing partagé, chacun pourra emprunter à loisir les pièces des autres.

Si chacun joue le jeu et emprunte les vêtements prêtés par les autres, alors le codressing peut vraiment valoir le détour. Et puis, si on ne porte une pièce qu’une seule fois, pas d’inquiétude : celles ou ceux avec qui vous partagez votre dressing y trouveront sans doute leur compte. Le codressing n’a pas seulement été créé pour des raisons économiques. Si la motivation première est souvent d’ordre pécunier, les aspects environnementaux et éthiques sont un argument de poids dans le passage au codressing.

Quand on sait que l’industrie de la mode et du textile est l’une des plus polluantes au monde, le partage de pièce peut non seulement limiter les frais, mais aussi limiter les dégâts !

Quels sont les avantages du codressing ?

Vêtements sur un portant

L’atout numéro 1 du codressing est sans aucun doute la possibilité de porter des pièces que l’on n’aurait pas acheté soi-même. Les pièces de notre dressing ont un coût, et on peut limiter ces dépenses de deux façons : soit on limite la note en baissant le nombre de vêtements achetés, soit on achète en plus grande quantité des vêtements de mauvaise qualité à prix défiant toute concurrence. Bien sûr, ces articles à bas coût, souvent importés d’Asie, auront une durée de vie très limitée. Dans les deux cas, c’est un sentiment de frustration que de ne pouvoir se procurer la pièce du moment !

Quand on partage son dressing, on peut se permettre d’acheter des pièces qualitatives et indémodables, puisque tous les frais ne sont pas à la charge d’une seule personne : on enrichit sa garde-robe à moindre coût. De fait, plus besoin de réfléchir à la place qu’il reste dans son armoire ou sur sa penderie, étant donné que la place pour stocker est multipliée par le nombre de codresseurs.

Le deuxième avantage de cette pratique se trouve plutôt côté style. En effet, quand on partage une armoire de vêtements avec une autre personne, cela ne veut pas forcément dire que le look des deux personnes est identique. Ainsi, si auparavant vous hésitiez à acheter une pièce parce qu’elle dénotait de votre style habituel, le codressing peut vous aider ! Franchissez le pas en empruntant une pièce sur laquelle vous n’auriez peut-être même pas posé un regard en magasin… Cette pratique vous permet de résoudre certains blocages et d’enrichir non seulement votre garde-robe, mais aussi votre culture vestimentaire tout en sortant de votre zone de confort.

Partager son dressing, c’est aussi partager des conseils, des idées et des looks ! Celle-ci porte cette blouse près du corps, quand l’autre préfère privilégier l’oversize. Multipliez les possibilités avec d’autres pièces et créez des associations de vêtements auxquelles vous n’auriez pas pensé auparavant. Une source d’inspiration sans fin, en quelque sorte.

Dernier point, et non des moindres : partager ses vêtements permet de tisser des liens et d’entretenir une vraie complicité entre ami(e)s. Alors n’hésitez pas à « codresser » avec ceux que vous aimez ou dont vous souhaitez vous rapprocher : votre maman, votre sœur, une amie…

Les limites de ce type de partage

Si le codressing a fait déjà de multiples adeptes, il reste que la démarche possède tout de même ses limites. Premier point : lorsque l’on partage son dressing, il faut être soigneuse et précautionneuse avec les vêtements d’autrui. En effet, la règle de ce partage est de rendre les habits dans un état impeccable : taches, trous et autres salissures sont bien sûr interdits. Attention aussi si vous avez l’habitude de repasser tous vos vêtements, il faut que vos codresseurs soient sur la même longueur d’onde…

Notons que si la pratique concerne principalement les vêtements – et parfois les chaussures -, elle n’englobe pas les sous-vêtements, jugés être des textiles trop intimes. Ainsi, pas besoin de reluquer le nouveau push up de votre copine, elle ne vous le prêtera certainement pas, ne serait-ce pour des raisons d’hygiène. L’autre règle de l’échange est que la personne qui achète garde la primeur de porter la pièce en premier : vous devrez peut-être vous armer de patience.

Enfin, si cette démarche est d’abord adoptée pour des questions financières, attention à ne pas tomber dans l’abus ! Un codressing n’est pas synonyme d’une accumulation irraisonnée d’articles en tout genre : le but de cet échange est avant tout de partager des pièces, et non d’acheter compulsivement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *