Ne pas porter de sous-vêtement quand on est une femme : est-ce un problème ?

Deux femmes en soutien-gorge

Symbole de féminité, le soutien-gorge est omniprésent dans la vie des femmes. La plupart d’entre elles en portent, estimant qu’ils apportent un soutien nécessaire à leur poitrine. Mais certaines personnes pensent le contraire. Est-ce un problème de ne pas en porter ? Réponse dans cet article

3 bonnes raisons de ne pas porter de soutien-gorge

Il existe diverses raisons qui peuvent remettre en cause le port du soutien-gorge.

Pour rester naturelle et ne pas se sentir contrainte 

Un soutien-gorge n’est pas nécessaire dans la plupart des cas ! On nous importune très souvent sur l’importance de porter un soutien-gorge pour le maintien de la poitrine, or elle dispose elle-même un soutien naturel. Il s’agit des ligaments de Cooper. Ceux-ci, une fois stimulés par la gravité, se renforcent et corrigent l’élasticité des tissus. Par contre, ils rétréciront s’ils ne sont pas utilisés.

Par ailleurs, des études faites sur les femmes ont montré que sans soutien-gorge, les mamelons prennent moyennement un volume de 7 mm annuellement. Par conséquent, pour garder vos seins fermes et éviter qu’ils s’affaissent, il est recommandé de faire plus d’exercices au lieu de vous laisser empoisonner par le soutien-gorge !

Pas de soutien-gorge : une meilleure circulation sanguine ? 

Vous êtes-vous déjà demandé quel effet un soutien-gorge moulant aurait sur votre corps et votre santé ? Notez que l’armature du soutien-gorge exerce une pression sur vos vaisseaux sanguins, ce qui empêche une circulation lymphatique optimale.

Femme à la peau hâlée qui porte un soutien-gorge clair

Cela réduit l’efficacité de votre corps à excréter les toxines et les déchets. Le soutien-gorge peut également réduire la teneur en oxygène de vos cellules, rendre votre peau moins ferme et vous fera même vous sentir plus fatiguée. Enlevez-le et faites le test : vous sentez-vous davantage en forme avec, ou sans soutien-gorge ? Vous serez peut-être étonnée du résultat 🙂

Sans soutien gorge : plus de confort au quotidien ?

Avouez-le : se libérer du soutien-gorge après toute une journée passée au travail, à l’école fait énormément plaisir. Délaisser cet accessoire vous débarrassera de l’inconfort qu’il procure et vous pourrez vous déplacer avec aisance. De plus, c’est agréable de passer la nuit sans soutif. Alors pourquoi ne pas jouir quotidiennement de cette sensation de liberté ? Cela ne coûte rien : il faut juste oser le faire !

À quelles occasions est-il conseillé de porter un soutien-gorge

On l’a vu : on peut se passer du soutien-gorge. Cependant, ce sous-vêtement se doit d’être mis dans certaines circonstances.

Pendant une activité physique

Ce qui est certain, c’est que lorsque vous faites une activité physique, vos seins seront soumis à des efforts et exercices différents qu’auparavant. Alors, dans ce cas de figure, il est recommandé de porter un soutien-gorge. Cela permet aussi de préserver votre dos et d’éviter des éventuelles torsions ou douleurs consécutives au sport. Bien entendu, vous devrez utiliser un modèle adapté à l’activité sportive (de type brassière donc) et le retirez au terme de l’activité.

Surpoids, allaitement : trois raisons de porter un soutien-gorge 

Trois autres situations où le soutien-gorge est recommandé :

  • Si vous êtes en surpoids (ou si vos seins sont volumineux par rapport à votre corps) – le soutien-gorge permet un renfort pour votre dos, qui peut souffrir du poids de vos seins. Il est donc recommandé de le porter, même si celui-ci peut s’avérer désagréable.

Femme en surpoids qui porte un soutien-gorge lors d'une activité sportive

  • Lorsque vous allaitez : des soutien-gorge spéciaux existent pour procurer du confort à maman et protéger ses seins, notamment ses tétons ;
  • Lors de la ménopause : porter un soutien-gorge ou, mieux, une brassière, est recommandé. La ménopause s’accompagne d’une prise de volume au niveau des seins, qui doit être compensée par le port d’un soutien-gorge pour éviter un déséquilibre corporel.

Le soutien-gorge : à l’origine d’une féministe révolutionnaire

Le soutien-gorge a été inventé en 1889 par la féministe révolutionnaire Herminie Cadolle. À cette époque, cette invention est parue comme une innovation libératrice. En effet, les femmes étaient contraintes à porter des corsets très serrés et inconfortable. Cela causait généralement des malaises, des douleurs, des problèmes respiratoires, et empêchait de se mouvoir correctement. L’apparition du soutien-gorge était venue mettre un terme à toutes ces souffrances. Toutefois, les temps ont changé et les choses également.

Le soutien-gorge est devenu beaucoup plus confortable. Il est confectionné avec de moins en moins d’armature. Les femmes l’utilisent comme un moyen de séduction, d’érotisme, etc.

Cependant, à cette nouvelle ère, rester sans soutien-gorge est signe de liberté et de confiance en soi pour de plus en plus de femmes adeptes du «NO Bra» (pas de soutien-gorge). Le port de soutien-gorge n’est plus une contrainte bien au contraire. C’est l’ère du naturel : sein libre. Même s’il est encore utilisé par certaines personnes, d’autre par contre n’en voit pas l’utilité et affirme qu’il est néfaste pour la santé.

Derniers points essentiels : oui, vous pouvez choisir de porter un soutien-gorge lorsque vous allez au travail ou dans des cas formels (réunions, restaurants, etc) et décider de ne pas en porter lorsque vous êtes chez vous. Il est recommandé, dans tous les cas, de ne pas porter de soutien-gorge plus de 8h par jour, notamment les modèles inconfortables. Si vous ne pouvez vous passer de ce sous-vêtement, misez sur des brassières, plus agréables et plus souples.